ILDA

En regardant attentivement le visage de Salvador Dali à travers une tapette à mouche, il est possible de détecter un point étrange dans le blanc de son œil. Une étude attentive de chaque recoin de son visage révèle d’autres présences inattendues.

« ILDA » est une évocation de la mort et de la décomposition des corps que les mouches contribuent à faire disparaitre. C’est aussi un clin d’œil aux peintres européens qui, entre la moitié du Quattrocento et le début du XVIe siècle peignaient des mouches dans leurs tableaux, créant une illusion presque parfaite, capable de duper celles et ceux qui regardent.

L’installation comprend : une image formée par 50 cadres 20x20cm et 350 000 mouches, le ready-made « filtre oculaire pour percevoir le monde de manière pointilliste (tapette à mouche rouge sur socle métallique laqué noir), un texte en typographie « Mouches », une vidéo et une bande son originale (extraits disponibles sur Viméo, nous demander code d’accès).